Bilan écologique du septennat d’Emmanuel Macron : les écologistes pointent les renoncements

découvrez le bilan écologique du septennat d'emmanuel macron et les critiques des écologistes concernant les renoncements en matière d'environnement.
14/05/2024 0 Comments

Spread the love

Sous le ciel politique de la France, les sept années de présidence d’Emmanuel Macron ont été scrutées à la loupe par les défenseurs de l’environnement. Entre promesses verdoyantes et réalités plus ternes, les écologistes dressent un bilan teinté de désenchantement. Plongez dans l’analyse de ce septennat où l’écologie a souvent semblé être mise en balance avec d’autres enjeux nationaux.

Une Ère de Promesses Non Tenues

Les sept années de présidence d’Emmanuel Macron ont été marquées par d’audacieuses promesses en matière d’écologie, des promesses souvent qualifiées de « ruissellement vert ». Cependant, à l’heure du bilan, Marine Tondelier, la dirigeante des Écologistes, exprime une profonde déception sur la chaîne France Info. « Ça fait pile aujourd’hui sept ans qu’il a fait sa cérémonie d’investiture », souligne-t-elle, déplorant un manque flagrant de réalisations concrètes qui ont impacté tant les riches que les plus démunis du pays.

L’Europe et la Politique Extérieure Souveraine

Dans les affaires européennes, les actions d’Emmanuel Macron ont also été critiquées pour leur approche solitaire. Les Écologistes notent qu’il aurait dû « parler moins fort et travailler moins seul ». Sa tentative de séduction envers des figures controversées telles que Vladimir Poutine est particulièrement scrutée, critiquée comme un voilement face aux ambitions impérialistes qui a, selon le groupe, « durablement affaibli notre coalition européenne ».

Changement de Cap sur le Green Deal

Le virage le plus controversé de Macron a peut-être été son « changement de cap sur le green deal » visant à plaire à l’extrême droite. Un fait qui souligne une incohérence entre les engagements préélectoraux et les actions concrètes. Alors que les objectifs d’énergie renouvelable fixés étaient déjà modestes, la France reste le seul pays européen à ne pas les avoir atteints, exacerbant les critiques sur sa politique écologique.

Quelques Points Lumineux dans une Mer de Controverses

Il n’est cependant pas juste de peindre le bilan uniquement en noir. Les écologistes reconnaissent l’abandon du projet de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes comme un succès notable. De plus, la constitutionalisation de l’IVG s’avère être un autre acte méritoire dans un mandat autrement critiqué pour ses renoncements environnementaux et sociaux, tels que l’empoisonnement par le glyphosate et le piétinement des droits des plus vulnérables.

Une Démocratie en Question

Sur le plan démocratique, le verdict est également sévère. Les Écologistes dépeignent Macron comme un acteur qui a préparé le terrain à l’extrême droite, naviguant via une « surenchère identitaire » et orchestrant sa politique avec des méthodes autoritaires comme le recours fréquent au 49.3. Le refus de passer à un mode de scrutin proportionnel aux élections législatives n’a fait que renforcer ces critiques, éloignant une promesse de démocratie plus représentative.

FAQ sur le Bilan Écologique de Macron

1. Quels sont les principaux échecs écologiques du septennat de Macron?
Le non-respect des objectifs d’énergie renouvelable, le changement de cap sur le green deal et l’utilisation continue de glyphosate en agriculture sont parmi les échecs notables.

2. Y a-t-il eu des réussites dans la politique écologique de Macron?
Oui, l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et la constitutionalisation de l’IVG sont vus comme des succès.

3. En quoi consiste la critique de la gestion démocratique de Macron?
Les critiques portent sur sa méthode de gouvernance perçue comme autoritaire, l’usage du 49.3, et le refus d’instaurer un scrutin proportionnel aux législatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *