Les rivières de méthane sous le permafrost : une menace invisible prête à inonder l’atmosphère

03/01/2024 0 Comments

La menace latente des émissions de méthane en Arctique

L’Arctique cache sous sa surface gelée une quantité inattendue de méthane. Ce puissant gaz à effet de serre, longtemps considéré comme un acteur secondaire dans les processus du réchauffement planétaire, pourrait transformer radicalement la lutte contre le changement climatique. La mobilisation scientifique s’intensifie face à l’éventualité d’une libération massive de méthane causée par le dérèglement climatique.

Le méthane : Un gaz à effet de serre en forte concentration

Des analyses récentes ont révélé des réserves amples de méthane, piégées jusqu’alors sous le permafrost arctique, éclipsant les estimations antérieures. Ces découvertes inquiètent d’autant plus que l’ensemble du cercle polaire a partagé des événements géologiques et climatiques qui pourraient favoriser des conditions similaires ailleurs dans cette zone vulnérable.

Le permafrost : Un couvercle craquelé

Le permafrost agit actuellement comme un couvercle qui retient le méthane et empêche son ascension dans l’atmosphère. Cependant, ce barrage naturel menace de céder sous l’assaut du réchauffement climatique. Cette débâcle rendrait possible une libération de méthane contribuant à accélérer le réchauffement et à fragiliser davantage le permafrost, entraînant une réaction en chaîne préoccupante.

Une réaction en chaîne préoccupante

Des chercheurs observent que le permafrost se métamorphose sous l’influence climatique, rendant possible des mouvements de méthane sous la surface qui, à terme, pourraient accroître les fuites de ce gaz dans l’air que nous respirons, nourrissant ainsi une boucle rétroactive menaçante.

Les prévisions scientifiques : Quelle évolution pour le permafrost ?

Il reste des incertitudes quant à l’évolution exacte du permafrost profond et de sa capacité à retenir les gaz. Une chose est certaine, les modifications dans cette couche pourraient être influencées par les fluides qui circulent en dessous. Si le permafrost s’amenuisait et devenait plus hétérogène, cela faciliterait non seulement les évasions de méthane mais aussi leur propagation, un scénario à risque pour le système climatique global.

Le cas inquiétant des réserves fossiles sous le Svalbard

  • Études historiques des forages révélatrices de vastes quantités de gaz fossile sous le Svalbard (Norvège).
  • Le permafrost alterne zones d’étanchéité et zones perméables, variant en épaisseur et en solidité.
  • La fonte du pergélisol sous l’effet climatique pourrait mettre au jour des réservoirs de méthane.

Les défis futurs

Face à l’urgence de cette situation, une veille scientifique s’impose pour prédire avec précision la réactivité de ces réservoirs de méthane et anticiper leurs impacts climatiques. Un équilibre délicat s’établit entre les émissions de gaz à effet de serre humaines et ce potentiel déclencheur naturel qui couve sous la glace arctique. La compréhension et la surveillance de ces mécanismes sont essentielles pour préserver le climat terrestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *