Découvrez quelles sont les villes européennes les plus touchées par la pollution aux particules fines !

découvrez quelles sont les villes européennes les plus touchées par la pollution aux particules fines et agissez pour protéger l'environnement !
19/03/2024 0 Comments

Les zones urbaines européennes face au défi des particules fines

La qualité de l’air dans les espaces urbains est un sujet de préoccupation majeur au vu de la concentration élevée des particules fines, particulièrement dangereuses pour la santé humaine. Ces minuscules polluants, d’une dimension inférieure à 2,5 micromètres, résultent de la combustion de combustibles fossiles ou de l’emploi d’ammoniac dans l’agriculture. D’après l’Agence européenne de l’environnement, la majorité des résidents des villes européennes est soumise à des taux de particules fines excédant les limites recommandées par l’OMS, fixées à 5 μg/m3 pour une exposition à long terme.
Heureusement, des progrès sont constatés. De 2005 à 2020, l’Europe a remarqué une baisse de 32 % des émissions de PM2.5. Cela témoigne d’une amélioration graduelle, bien que le chemin soit encore long afin d’atteindre l’objectif de « zéro pollution » articulé dans le plan de l’Union européenne.

Villes d’Europe les plus et les moins affectées par la pollution aux PM2.5

Certaines localités subissent particulièrement la présence nocive des particules fines. Au sommet de la liste des villes les plus impactées, Slavonski Brod, en Croatie (28 μg/m3), est suivie de près par Nowy Sącz et Piotrków Trybunalski en Pologne, et Crémone en Italie. Ces taux élevés sont fréquemment liés à l’usage intensif d’énergies polluantes et à des conditions météorologiques et géographiques spécifiques qui accentuent l’accumulation atmosphérique de ces substances nuisibles.
Inversement, l’air se révèle plus pur dans d’autres territoires. Incarnant cette tendance, Faro, au Portugal (3.7 μg/m3), ainsi que Umeå et Uppsala en Suède, montrent des concentrations bien inférieures. Ces exemples positifs reflètent des politiques publiques et des pratiques sociales favorables à la réduction de la pollution de l’air.

Le panorama français des particules fines

Focalisant sur la France métropolitaine, un gradient est palpable entre des villes telles que Brest, Saint-Brieuc, et Bayonne, qui se positionnent parmi les moins polluées, tandis que Lille, Avignon et Mulhouse se distinguent par les niveaux supérieurs de PM2.5. Cela signale des disparités urbaines et régionales à prendre en compte dans les stratégies de lutte contre la pollution atmosphérique.
Le cas de Paris n’est pas à négliger; avec une concentration de 11,2 μg/m3 en 2021 et 2022, la capitale n’échappe pas aux particules fines, bien que des écarts importants puissent survenir en fonction des mesures prises à différents endroits et moments.

Les principaux polluants dans l’Union européenne

L’Union européenne a distingué des seuils et des objectifs en matière de qualité de l’air, notamment pour les PM10 et PM2.5. La limite annuelle pour les PM2.5 est fixée à 25 μg/m3.

Poursuivant son ambition de réduire la pollution atmosphérique, l’Union européenne, à travers la Commission européenne, aspire à diminuer de 55 % d’ici 2030 le nombre de décès prématurés causés par les PM2.5, s’appuyant sur des mesures du Pacte vert.

Capitales européennes et particules fines : un classement révélateur

La situation semble plus favorable dans des capitales comme Tallinn, Stockholm ou Helsinki, qui se classent respectivement 5e, 9e et 12e avec des concentrations nettement inférieures à la limite préconisée. À l’autre bout du spectre, on trouve Varsovie ou Zagreb avec des valeurs notoirement plus élevées, ce qui appelle à des efforts accrus pour améliorer la qualité de l’air.
Il est essentiel de continuer à suivre et à combattre la présence des particules fines pour garantir un environnement sain, surtout dans les zones fortement peuplées où le risque pour la santé publique est notable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *